Alto – Viola

Laurent Zakowsky vous expose ses principes de fabrications’ ses histoires personnelles et des témoignages d’altistes jouant ses instruments.

Un autre aspect de mon travail de luthier: la restauration.

Voilà le violon qu’un musicien vient de m’apporter:

violon en miettes

du travail en perspective

Il ne s’agit pas d’une « colère » d’Arman.

C’est (c’était…) un magnifique violon français du 18ème siècle.

violon cassé en pièces détachées

violon cassé avant réparation

Devant un tel désastre, je suis tout d’abord saisi d’effroi.

Puis, une fois le choc passé, je dois réfléchir: par où commencer?

recollages de table d'un violon

recollage de fractures de table

Je décide de recoller les fractures de la table:

avant toutes choses, il faut, si certaines sont sales (colophane, graisse, crasse), les nettoyer parfaitement avec une petite brosse et de l’eau très chaude. Puis, une fois sèches, positionner les deux lèvres parfaitement, en restituant l’état original de la voûte, à l’aide de serres-joints et de cales. Enfin, chauffer la fracture avec une lampe à alcool, insérer la colle chaude et serrer délicatement.

Autre recollage de fracture de table

Serres-joints et cales

Dans le cas présent, des morceaux de table ont été perdus.

Il faut alors en recréer de nouveaux, retrouver la même densité de bois, ajuster parfaitement la pièce et la tailler en respectant le modèle original.

Voici la table telle que je la reçois:

coin et bord de table manquants

Un coin et un bord de la table ont été arrachés

La voilà une fois le coin et le bord remplacés:

coin et bord de table remplacés

Un nouveau coin et un nouveau bord de table

Enfin, il faut revernir les parties neuves:

Coins et bord après raccord de vernis

Coin et bord après raccord de vernis

C’est ce qu’on appelle un « raccord de vernis ». C’est une opération extrêmement délicate. Il faut retrouver la couleur, la pâte et la texture du vernis original. Mais, de plus, lui donner un aspect patiné, vieilli, afin que la restauration se fonde dans l’ensemble.

 

Le reste de l’instrument a – relativement- moins souffert.

Il s’agit maintenant essentiellement de recollages. Néanmoins, c’est un vrai puzzle: les éclisses, contres-éclisses, coins, tasseaux, tout est en vrac.

Le reste de l'instrument avant recollage

Eclisses, contres-éclisses et fond avant recollage

Il s’agit là d’un travail de patience:

Recoller une à une toutes les parties, en attendant que chacune soit bien sèche avant de passer à la suivante. Une fois toutes les parties en place, on peut « tabler » et « fonter » l’instrument: recoller la table et le fond sur les éclisses, au moyen de « vis à tabler « et de serres-joints.

Tablage du violon

Vis à tabler et serres-joints autour du coffre du violon

IMG_0974Voici maintenant le violon restauré:

 

 

Je suis content de moi!

Et, pourtant, je dois rester modeste. Parce que restaurer un instrument, ce n’est pas s’exprimer artistiquement. C’est respecter et retrouver l’esprit initial du luthier, se fondre dans son style.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :